Offre de stage – Cultiver les sols pollués : ethnographie des pratiques de jardinage et de la construction de connaissances sur les pollutions en Seine Saint Denis.

Cultiver les sols pollués : ethnographie des pratiques de jardinage et de la construction de connaissances sur les pollutions en Seine Saint Denis.

Contexte

Le passé industriel du département de Seine-Saint-Denis a laissé un lourd héritage de pollution des sols. Aujourd’hui, l’engouement de certains habitants de ce territoire pour les initiatives d’agriculture urbaine ou de jardinage collectif est confronté à cette réalité (Grenet et al., 2015 ; Torres, 2017). Au cours des dernières décennies, à de nombreuses reprises, la présence de contaminants dans les sols a généré des tensions et des inquiétudes liées aux risques sanitaires et environnementaux. Sur de nombreux sites, des collectifs d’habitants se sont organisés pour développer de meilleures connaissances de l’histoire des sites, de leurs sols, et des dangers qu’ils représentent, parfois pour exiger des actions politiques, institutionnelles et opérationnelles, parfois pour contester la manière dont les pollutions sont prises en charge par les autorités (Engel-Di Mauro, 2020). Certains de ces collectifs mettent aussi en place des expérimentations visant à développer des formes de culture compatibles avec la pollution. Les techniques expérimentées vont de la culture hors sol, à la reconstruction de sols, en passant par une micro-adaptation complexe des choix et des techniques de culture (Meulemans, 2020). Ces expérimentations non institutionnelles sont encore peu interrogées dans la littérature sur les sols en ville ou le jardinage urbain. En plus d’une transformation des itinéraires techniques, elles impliquent pourtant une recomposition des publics, des savoirs, et des projets politiques portés par ces collectifs.

Projet de recherche dans lequel s’inscrit le stage

Bénéficiant d’un financement CO3 (ADEME) et accompagné par l’association Sciences Citoyennes de 2020 à 2023, le projet IPAUP-93 rassemble des acteurs associatifs (4 associations de jardinage urbain concernées par des problématiques de sols pollués), territoriaux et scientifiques (sciences des sols et SHS) de Seine-Saint-Denis afin de co-construire des connaissances et des chemins d’action face aux pollutions des sols dans le département. Il comporte 3 axes : pédologique, socio-anthropologique et culturel. Le stage s’inscrit dans l’axe socio-anthropologique du projet, qui vise à mieux comprendre la place du sol dans l’espace public, notamment le rôle des acteurs de la production urbaine dans l’utilisation et la restauration des sols pollués.

Sujet de stage

Le stage portera sur les interrelations (matérielles, humaines et non humaines) propres au travail des sols urbains pollués. Il s’agira, à partir d’une observation participante, de décrire comment ces expérimentations de jardinage sur sol pollué mettent en jeu à la fois le travail des jardiniers, le travail du vivant non humain, et leur coopération pour faire face à la pollution des sols. Le terrain alliera une description fine des techniques de jardinage, des modes de construction et de circulation des connaissances, et de la manière dont les expérimentations de culture (re)cadrent les expériences sensibles du sol, avec une compréhension de l’histoire et du positionnement des acteurs.

Le terrain se déroulera au sein de quatre jardins collectifs situés à Bondy, Montreuil, Bobigny et sur l’Îl-Saint-Denis. Pour une partie de sa recherche, le/la stagiaire travaillera en binôme avec une stagiaire en sciences des sols afin de croiser les observations ethnographiques avec des données sur la circulation des polluants dans les sols.

Le stage s’organise en 3 étapes :

1. Étude bibliographique.

2. Enquête ethnographique sur les 4 sites d’étude.

3. Réalisation d’un mémoire de stage et d’une synthèse et/ou restitution orale auprès des acteurs interrogés. En fonction de la qualité du travail, la co-écriture d’un article de valorisation avec les encadrant.e.s pourra être envisagée.

Co-encadrement

Les référents du stage seront :

– Germain Meulemans, chargé de recherche CNRS, Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS, EHESS, MNHN).

– Ana Cristina Torres, Chercheuse au Lab’Urba – Université Paris Est-Créteil, enseignante à l’École d’Urbanisme de Paris.

Calendrier

De 5 à 6 mois, à réaliser de mars/avril à août/septembre 2023 en fonction du calendrier de la formation dans laquelle l’étudiant.e est inscrit.e.

Profil du candidat et compétences demandées

– Le.la candidat.e sera issu.e d’un Master 1 ou 2 dans le domaine des sciences humaines et sociales : ethnographie, anthropologie, géographie.  

– Capacité à mener des enquêtes ethnographiques.

– Capacité de synthèse, d’analyse et d’écriture. 

– Autonomie, capacité d’adaptation, ancrage et ouverture à l’autre et goût du travail en équipe.

– Intérêt pour recherche interdisciplinaire

– Intérêt pour les questions de production de connaissances environnementales, des enjeux socio-écologiques, l’agriculture urbaine ou les jardins collectifs.

– Capacité à se déplacer sur les sites d’étude (Bondy, Montreuil, Bobigny et l’Île-Saint-Denis).

Laboratoire d’accueil

Laboratoire d’Urbanisme “Lab’Urba” (https://www.laburba.com/) situé dans la Cité Descartes au 14-20 Boulevard Newton, Champs-sur-Marne et/ou au Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS, EHESS, MNHN) au Campus Condorcet, Aubervilliers.

Gratification

Selon les conditions prévues par la loi.

Contact et candidature

Envoyer un CV et une lettre de motivation à Germain Meulemans : germain.meulemans@cnrs.fr et à Ana Cristina Torres : ana-cristina.torres@u-pec.fr

Date limite des candidatures :31 décembre 2022

Entretien pour recrutement du/de la stagiaire :

Après une analyse des dossiers de candidature, les candidat.e.s pré-sélectionné.e.s seront invité.es à un entretien qui pourra se dérouler en visioconférence.

Références

Engel-Di Mauro, S. 2020. « The Troubling and Troublesome Worlds of Urban Soil Trace Element Contamination Baselines. » Environment and Planning E: Nature and Space 3 (1): 95-113.

Grenet, M., Rémy, E., Canavèse, M., et Berthier, N. 2015. « Des jardiniers à l’épreuve du sol urbain. » Projets de paysage [En ligne : http://journals.openedition.org/paysage/9676]

Meulemans, G. 2020. « Reclaiming freak soils: From conquering to journeying with urban soils. » Dans Juan F. Salazar, Céline Granjou, Anna Krzywoszynska, Matthew Kearnes et Manuel Tironi [dir.], Thinking with Soils: Material Politics and Social Theory, 157-174, Londres : Bloomsbury.

Torres, A-C. 2017. “Initiatives citoyentnes de conservation de la nature en milieu urbain role des jardins partagés”. Thèse.

Compétences

Posté le

14 novembre 2022

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.